Les écrans bleus de XP causés par un malware ?

Windows_XP_BSOD.png

Et si la fameuse mise à jour posant problème à XP n’était pas si bugguée que ça ? En fait, la MAJ qui avait causé le retour des écrans bleus dans l’ancien système d’exploitation de Microsoft ne serait pas seule en cause dans le problème. Elle serait accompagnée d’un malware.

C’est ce qu’affirme Mike Reavey, directeur du Microsoft Security Response Center, selon lequel les personnes touchées par ces écrans bleus après l’installation de la mise à jour KB977165 sont celles qui étaient déjà infectées par le rootkit Alureon. Il s’agit d’un Cheval de Troie un peu ancien, que détectent normalement les antivirus et antispywares, mais qui serait donc bien implanté chez les utilisateurs de XP.

Du coup, Microsoft annonce qu’il travaille à l’élaboration d’un outil de suppression de ce malware et qu’ensuite, il reproposera son correctif pour la faille vieille de 17 ans de son système d’exploitation.

Source

Une mise à jour qui pose problème avec Windows XP.

Windows_XP_BSOD.png

C’est le retour des écrans bleus de la mort sur Windows XP avec un bug qui touche l’ancien système d’exploitation de Microsoft à cause d’une mise à jour du dernier Patch Tuesday.

Mardi, Microsoft proposait 26 mises à jours pour Windows, dans le cadre du Patch Tuesday de février. Parmi elles, un correctif pour la faille vieille de 17 ans touchant les versions 32 bits de Windows.

Apparemment, appliqué à Windows XP, ce remède est pire que le mal. De nombreux utilisateurs ont signalé sur les forums de Microsoft que depuis l’installation de cette mise à jour KB977165, ils étaient sujet à des plantages avec des écrans bleux et le message PAGE_FAULT_IN_NONPAGED_AREA. Un comble !

Il faut désormais que Microsoft développe un correctif pour ce correctif, même si une méthode manuelle pour supprimer le problème existe. Mais il faut pour cela un lecteur CD et un CD original de Windows XP, ce que ne possèdent pas, par exemple, les utilisateurs de netbooks.

C’est la deuxième fois en une semaine qu’une mise à jour de Windows pose plus de problème qu’elle n’en résout. La précédente concernait Windows 7.

Source