Mark Zuckerberg exclu de facebook

Un avocat américain a vu son compte Facebook être fermé à cause de son nom, le même que celui du fondateur du réseau social sur Internet. Après s’en être plaint à la télévision, son profil a été remis en ligne.

«Si vous aviez tapé Mark Zuckerberg dans Google en 2004, vous m’auriez trouvé. Moi et personne d’autre. Mark S. Zuckerberg, avocat spécialiste des faillites. Mais si vous aviez renouvelé votre recherche deux ans plus tard, vous ne m’auriez pas trouvé du tout. À présent, mon nom ne m’appartient plus», se lamente cet homme qui exerce depuis 23 ans à Indianapolis, sur son site iammarkzuckerberg.com.

Dans l’esprit du grand public, il n’y a qu’un Mark Zuckerberg: le fondateur du réseau social sur Internet Facebook. Comme si cette blessure de l’ego ne suffisait pas, le compte Facebook de l’avocat a de nouveau été désactivé la semaine dernière. Motif? Le site n’accepte pas les fausses identités. Après qu’il se soit plaint à la télévision, Facebook a réparé son erreur et présenté ses excuses.

«Je ne veux pas d’argent, je veux revenir sur Facebook et qu’ils me laissent tranquille!», avait déclaré l’homonyme, en proie à une «grande détresse émotionnelle». Il y a deux ans, son compte avait été fermé pendant quatre mois. Il avait pourtant dû fournir pour s’inscrire une copie de son certificat de naissance.

Pas rancunier, l’avocat promet que si le jeune milliardaire devait connaître des difficultés financières, il serait heureux de le défendre en «l’honneur» de leur homonymie.

Facebook voudrait rémunérer ses membres pour regarder des pubs.

Depuis quelques temps, Facebook a mis en place un système de crédit que vous achetez par des moyens de micro-paiement (paypal, allopass,…) et vous dépensez ces crédits dans des jeux afin de bénéficier d’avantages sur les joueurs n’utilisant pas ces crédits.

Ce système ne rencontrant pas le succès escompté, Facebook réfléchit actuellement à rémunérer ses membres en « crédit virtuel » afin que ces derniers cliquent sur les publicités.

Mais quel est l’intérêt pour Facebook de procéder de cette façon?

En premier lieu, cela permettrai de créer une besoin, les personnes s’habituant à cliquer sur les pubs et recevant des crédits, prendraient donc l’habitude de les utiliser dans leurs jeux favoris. Une fois les crédits épuisé, Facebook espère que ces personnes achètent d’autres crédits afin de progresser plus rapidement dans leurs jeux.

Ensuite, Facebook pourrait intégrer sa monnaie virtuelle dans son futur service « Facebook Deals » qui vise à concurrencer Groupon. Ce service est déjà en test dans certaines viles aux états-unis, et pourrait arriver chez nous très prochainement.

Le dernier point serait de générer plus de clics sur les publicités, et de ce fait augmenter les dépenses des annonceurs qui payent aux clics, ce qui permettrait à l’entreprise d’augmenter ses revenus publicitaires.

Il reste à savoir si les annonceurs seront prêt  à payer plus si le taux de clics n’est pas converti en achats, car il est probable que beaucoup de personnes cliquent sur la pub uniquement pour recevoir des crédits, et de ce fait ne lisent même pas cette dernière. Si le taux de conversion n’est pas à la hauteur des attentes des annonceurs, il y a de forte chance pour qu’ils ne souhaitent plus utiliser le service, ce qui pourrait avoir un effet néfaste pour Facebook qui en voulant augmenter ses revenus les verraient baisser faute d’annonceur.

 

Et vous que pensez vous de ce système ? Seriez vous prêt a cliquer sur des pubs afin d’obtenir des crédits gratuitement?

Venez en parler avec nous sur le forum.